Brain branding by galilou Righi

Bienvenue sur mon blog

 

La perfection de Dieu 20 février, 2010

Classé dans : Coin philo — galilou @ 17:33

 

 

Au cours d’un diner d’une œuvre de charité, le père d’un enfant handicapé a prononcé un discours inoubliable…

Le voici :

On dit que Dieu fait tout avec perfection…

Où est la perfection en Shay , mon fils ?

Mon fils ne pas comprendre les choses comme les autres enfants. Mon fils ne peut pas se souvenir comme les autres enfants…    

Où est donc la perfection de Dieu ?

 

Je crois qu’en créant un enfant handicapé comme mon fils, la perfection que cherche Dieu est : comment nous réagissons à cet enfant… 

        Voici une petite anecdote pour illustrer mes propos.

Un après-midi, Shay et moi nous nous promenions près d’un parc où des garçons jouaient au base-ball.

Shay me dit :

<< Penses-tu qu'ils me laisseraient jouer ? >>. Je savais que Shay n’est pas le genre de coéquipier que les garçons recherchent d’habitude, mais j’espérais quand mème que l’on permettrait à Shay de jouer.

Je demande donc à l’un des joueurs de champ si Shay peut participer… 

Le joueur réfléchit quelques instants et dit :

<< Nous perdons par six points et nous sommes à la huitième manche, je crois qu'il peut faire partie de l'équipe et avoir l'occasion de frapper au neuvième tour>> 

Shay poussa un soupir énorme.   

On dit à Shay de mettre son gant et de prendre position. 

A la fin de la huitième manche, l’équipe de Shay a marqué quelques points mais  reste toujours menée de trois points.

Vers la fin du neuvième tour, l’équipe de Shay gagne encore un point ! L’équipe a maintenant deux points de retard et encore une chance de remporter la partie…

Chose étonnante, on lui donne la batte.

Tous savent qu’il est presque impossible de gagner car Shay ne sait ni comment tenir la batte, ni comment frapper une balle. Lorsque Shay s’est placé sur la zone de réception (marbre), le lanceur avance de quelques pas et lance la balle assez doucement pour que Shay puisse au moins la toucher avec la batte.

Shay frappe lourdement au premier lancer, sans succès. Un de ses coéquipiers vient à son aide et les deux prennent la batte, attendant le prochain lancer. Le lanceur avance davantage et jette légèrement la balle à Shay. Avec son coéquipier Shay frappe la balle qui roule vers le lanceur qui la ramasse.

Il aurait pu facilement la lancer au premier but, éliminer facilement Shay et le jeu se terminait.

Mais voilà, le lanceur jette la balle très haut dans le champ droit loin au delà du premier but. Tous se mettent à crier : 

<< Cours au premier but, Shay ! Cours au premier but !!! >>

Jamais il n’avait eu l’occasion de courir au premier but… Shay galope le long de la ligne de fond, tout étonné. Quand il, atteint le premier but, le voltigeur de droite a la balle en main; il pourrait facilement la lancer au deuxième but, ce qui éliminerait Shay qui cours toujours. Mais il lance la balle par dessus le troisième but et tous crient :

<< Cours au deuxième! Cours au deuxième!!! >>

Les coureurs devant Shay s’approchent du deuxième but, l’adversaire se dirige  vers le troisième but et s’exclame :

<< Cours au troisième! >>

Quand Shay passe par le troisième, les jeunes des deux équipes le suivent en s’écriant : << Fait tout le circuit, Shay!!! >>

Shay complète le circuit, atteint la zone de réception (le marbre) et les joueurs  le soulèvent sur leurs épaules.

Shay est un héros!!!!    

Il vient de faire le grand chelem et de gagner le match pour l’équipe. Ce jour là continue son père, les larmes aux yeux,  

<< Ces 18 garçons ont atteint leur propre niveau de la perfection de Dieu.>> 

 

Quelle belle histoire direz-vous !   

 

 

 

 

Le train de la vie : 18 février, 2010

Classé dans : Coin philo — galilou @ 18:51

 

 

La vie est un train : les gens montent et descendent

 

 il y a parfois des accidents à certains arrets

 il y a des surprises et à d’autres, il y a une profonde tristesse.

En naissant nous montons dans le train, nous rencontrons des personnes et nous croyons qu’elles resteront avec nous pendant tout le voyage : Ce sont nos parents !

Malheureusement la vérité est toute autre. Eux ils descendent dans une gare et ils nous laissent sans leur amour et leur affection, sans leur soutien et leur compagnie.           

Et pourtant, il y a d’autres personnes qui montent dans le meme train et qui pour nous seront très très importants. Ce sont nos frères et nos soeurs, nos amis et toutes les autres merveilleuses personnes que nous aimons.

Certains considèrent le voyage comme une petite promenade.                           D’autres ne trouvent que de la tristesse pendant leur voyage. Et d’autres personnes sont toujours présentes et prètes à aider ceux qui en auraient besoin… 

Certains quand ils descendent laissent une nostalgie pour toujours…                             

D’autres montent pour descendre tout de suite et nous avons tout juste le temps de les croiser…

Nous sommes surpris que certains passagers que nous aimons, s’assoient dans un autre wagon et qu’ils nous laissent, pendant ce temps voyager seuls.

Naturellement, personne ne peut nous empècher de les chercher partout dans le train.    

Parfois, malheureusement, nous ne pouvons pas nous assoir à coté d’eux car la place est déjà prise.

Ce n’est pas grave, le voyage est comme ça : plein de défis, de rèves, d’espoirs, d’adieux… mais sans retour.

 

Essayons de faire le voyage de la meilleure façon possible. Essayons de comprendre nos voisins de voyage et cherchons le meilleure en chacun d’eux. Rappelons nous qu’a chaque moment du voyage un de nos compagnons peut vaciller et peut avoir besoin de notre compréhension.

Nous aussi pouvons vaciller et il y aura toujours quelqu’un pour nous comprendre.     

Le grand mystère de ce voyage est que nous ne savons pas quand nous descendrons du train pour toujours, nous ne savons pas non plus quand nos compagnons de voyage en feront de mème, mème celui qui est assis juste à coté de nous. 

 

Moi, je serai triste de quitter le train… j’en suis persuadé ! La séparation avec tous les amis que j’ai rencontrés dans le train sera pénible. Laisser mes proches seuls sera très triste.

Mais je suis sùr qu’un jour ou l’autre j’arriverai à la gare centrale et que je les reverrai tous arriver avec un bagage qu’ils n’avaient pas en montant dans le train. Par contre je serai heureux d’avoir contribué à augmenter et à enrichir leur bagage.

 

Nous tous mes amis, faisons tout notre possible pour faire un bon voyage et essayons de laisser de nous un bon souvenir au moment où nous descendrons du train.

 

 A ceux qui font partie de mon train, je souhaite un bon voyage ! 

  

 

 

L’Argent ! 15 décembre, 2009

Classé dans : Coin philo — galilou @ 11:35

 

L’Argent…

 

           Il peut acheter une maison, mais pas un foyer

Il peut acheter un lit, mais pas le sommeil

Il peut acheter une horloge, mais pas le temps

Il peut acheter un livre, mais pas la connaissance

Il peut acheter une position, mais pas le respect

Il peut payer le médecin, mais pas la santé

           Il peut acheter du sang, mais pas la vie

           Il peut acheter du sexe, mais pas de l’amour. 
 

 

 

Le coiffeur ! 26 juillet, 2009

Classé dans : Coin philo — galilou @ 15:10

 

  Un homme est allé chez un coiffeur pour couper ses cheveux et sa barbe
L’homme et le coiffeur ont commencé à parler.
Ils ont parlé de tant de choses et de divers sujets.
Quand ils ont par la suite touché au sujet de Dieu, le coiffeur a dit :
« je ne crois pas que Dieu existe. » ; « pourquoi vous dites ça? » ; a demandé le client.

« Bon, vous devez juste sortir dans la rue pour vous rendre compte que Dieu n’existe pas.
Est-ce que, si Dieu existe, y- aurait ‘il tant de personnes malades ?
Y aurait-il des enfants abandonnés ?

Si Dieu existait, on ne souffrirait ni de douleur
Je ne peux pas m’imaginer aimer un Dieu qui permettrait tous ça. » ;
Le client a pensé pendant un moment, mais n’a pas répondu parce qu’il n’a pas d’argument.
Le coiffeur a fini son travail et le client sort du magasin.
Juste après, il a vu un homme dans la rue avec des cheveux longs, visqueux, sales.
Il semble très sale. Le client est revenu et entre dans le magasin du coiffeur encore et il dit au coiffeur : « tu sais quoi ? Les coiffeurs n’existent pas. » ; « comment pouvez vous dire ça? » ; a demandé le coiffeur étonné. « je suis la et je suis un coiffeur. Et je viens de te couper tes cheveux » ;
« non! » ; le client a hurlé.

Les « coiffeurs n’existent parce que s’ils existaient, il n’y aurait personne avec de longs cheveux sales comme cet homme qui est dehors. » ;

« Ah, mais les coiffeurs existent ! Ce qui se produit, c’est que ces gens ne viennent pas à moi. » ; « Exactement! » ; – a affirmé le client. « c’est bien ça ! Dieu, aussi, existe ! Ce qui se produit, c’est que les gens ne vont pas chez lui et ne le recherchent pas. C’est pourquoi il y a tellement de douleur et de souffrance dans ce monde. »

 

 

 

Des conseils pour l’ame :

Classé dans : Coin philo — galilou @ 14:48

 

Donne aux gens plus que ce qu’ils n’attendent et fais le avec tout.   

Lorsque tu dis ‘je t’aime’, dis le sérieusement.

 

Lorsque tu dis ‘je suis désolé(e)’, regarde la personne dans les  

 

yeux.   

 

Ne te moques pas des rêves des autres.   

 

Tu peux en sortir blessé mais c’est la seule façon de  vivre sa vie.   

 

Ne juges pas les autres à travers leurs proches.

 

Parle lentement mais réfléchis rapidement.

 

Si quelqu’un te pose une  question à  laquelle tu ne souhaites pas répondre,souris et demande lui ’pourquoi souhaites-tu savoir’?

 

Rappelle-toi que le plus   grand    amour et les plus grands succès comportent des risques   majeurs.   

 

 Quand tu perds, ne perds pas la leçon.

 

Rappelle-toi les   trois ‘r‘:

respect envers toi-même, respect des

 

autres et responsabilité de tes actions.

 

 

Ne permets pas qu’un petit différent abîme une grande  amitié.

 

 

Souris lorsque tu réponds au téléphone. Celui qui t’appelle le sentira au son de ta voix.

 

Lis entre les lignes.

 

 

Rappelle-toi que ne pas obtenir ce que tu veux quand tu le veux  est parfois un coup de chance.

Ne l’oubliez jamais!! Accordez toujours un temps soit peu aux personnes que tu aimes. C’est la plus belle chose qui soit.

 

 

 

 

 

 

Leçon à retenir ! 25 juillet, 2009

Classé dans : Coin philo — galilou @ 20:10

 

Il était une fois,

   

un

garçon avec un sale caractère. 

 

Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d’en

 

planter un dans la

barrière du jardin chaque fois qu’il perdrait patience et se disputerait avec quelqu’un. 

 

Le premier jour, il en planta37 dans la barrière. 

 

Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour. 

 

Il avait découvert qu’il était plus facile de se

 

contrôler que de planter des clous…

Finalement arriva le jour où le garçon ne planta pas le moindre clou dans la barrière.   

 

Alors il alla voir son père et lui dit que pour ce jour, il

 

n’avait pas planté de clou. 

 

Son père lui dit alors d’enlever un clou dans la barrière    pour    chaque jour où il n’aurait pas perdu patience.  

 

Les jours passèrent et finalement, le garçon put dire à son père qu’il avait enlevé tous les clous de

la barrière. 

Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit: ‘Mon fils, tu  t’es bien   

 

comporté, mais regarde tous les trous qu’il y a dans la barrière. Elle ne sera plus jamais comme avant. Quand tu te disputes avec quelqu’un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un couteau

 

dans un homme et

après, lui retirer,mais il restera toujours une   blessure…’      

Peu importe combien de fois tu t’excuseras, la blessure

 

restera.  

 

Une blessure verbale fait aussi mal qu’une blessure   

 

physique.

 

Les amis sont des bijoux rares, ils te font sourire et   

 

t’encouragent. Ils sont prêts à t’écouter quand tu en as besoin,

 

ils

te soutiennent et ils t’ouvrent leur coeur .Montre à tes amis combien tu les aimes.  

Pour finir: ‘Un des bonheurs de l’amitié,

 

                         c’est de savoir à qui  confier un secret’ (Allessendro Manzoni ).        

 

 

 

 

 

Des ordres bénéfiques…

Classé dans : Coin philo — galilou @ 19:53

 

      - Travaille comme si tu n’avais pas besoin d’argent.

- Aime comme si personne ne t’avais jamais fait souffrir.

- Danse comme si personne ne te regardait.

- Chante comme si personne ne t’écoutait.

     – Vis comme si le paradis était sur terre.

 


 

 

 

Le bonheur est un voyage, pas une destination

Classé dans : Coin philo — galilou @ 19:24

 

Il n’y a pas de meilleur temps pour être heureux que maintenant.

réfléchis bien et essayes donc répondre à ces 4 questions :

1.   Nommes 5 personnes les plus riches au monde
2.   Nommes  5 meilleurs buteurs de la dernière coupe du monde de  foot Ball
3.   Nommes  10 derniers gagnants des prix Nobel
4.   Nommes  10 derniers gagnants des oscars des meilleurs acteurs
Tu n’y arrives pas ?c’est difficile, non ?
Ne t’inquiètes pas, personne ne s’en rappelle.
Les applaudissements passent !
Les trophées prennent la poussière
Les gagnants sont oubliés.



Maintenant réponds à ces questions.

  • Nommes 3 professeurs qui ont contribué ta formation
  • Nommes 3 amis qui t’ont aidés dans les moments difficiles
  • Nommes 5 personnes avec qui tu aimes passer du temps

Tu y arrives ? C’est facile non ?
Les personnes qui ont un sens dans ta vie ne sont pas « cotées » au maximum avec le plus d’argent, avec les plus grands prix….ce sont celles qui se font du souci pour toi, qui prennent soin de toi, celles qui, en toutes circonstances, restent aux alentours de toi.
 
 

 

 

Le bonheur…

Classé dans : Coin philo — galilou @ 19:17

 

Nous nous convainquons que la vie sera mieux une fois que nous serons mariés, aurons un bébé puis un autre
Puis nous sommes frustrés parce que nos enfants ne sont pas assez vieux et que tout ira lorsqu’ils seront plus grands
Puis nous  sommes frustrés parce qu’ils arrivent à l’adolescence et que nous devons traiter avec eux. Nous serons certainement heureux lorsqu’ils auront franchi cette étape.
Nous nous disons que notre vie sera comblée lorsque notre conjoint se reprendra en main ,lorsque nous aurons une plus belle voiture, lorsque nous pourrons prendre des vacances lorsque nous prendrons notre retraite.
La vérité c’est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que maintenant
Sinon quand ?



Notre vie sera toujours remplie de défis .Il est préférable de se l’admettre et de décider d’être heureux malgré tout.
Pendant très longtemps il me semblait que ma vie allait commencer.
La vraie vie
Mais il y’avait toujours des obstacles le long du chemin, une épreuve à traverser, un travail à terminer, du temps à donner, une dette à payer, puis la vie commencerait.
J’ai enfin compris que ces obstacles étaient la vie.
Cette perspective m’a aidé à voir qu’il n’y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin



Alors appréciez chaque instant.
Cessez d’attendre d’avoir fini l’école, de commencer à travailler, de vous marier, d’avoir une nouvelle voiture, à mercredi soir, à jeudi matin, au printemps, à l’été, à l’automne, à l’hiver, au premier ou au quinze du mois  de mourir, de renaitre…avant de décider d’être heureux.

 

 

Possession et déception !

Classé dans : Coin philo — galilou @ 19:01

 

De nos jours nous avons des édifices plus élevés et des autoroutes plus larges, mais notre niveau de  tolérance est plus bas et notre esprit plus étroit.



Nous dépensons davantage mais nous nous amusons moins.
Nous avons de plus grandes maisons, mais de plus petites familles.
Nous avons plus de compromis, mais moins de temps
Nous avons plus de connaissance mais moins de jugements
Nous avons plus de médicaments mais moins de santé
Nous avons multiplié nos possessions mais nous avons réduit nos valeurs
Nous parlons beaucoup, nous aimons juste un peu et nous haïssons trop
Nous avons atteint la lune et nous en sommes revenus mais nous trouvons pénible de traverser notre propre rue pour rencontrer nos voisins
Nous avons conquit l’espace intersidéral mais pas notre espace intérieur
Nous avons des revenus plus élevés mais le moral plus bas
Nous vivons à une époque où il y a plus de liberté mais moins de joie



Nous avons bien davantage de nourriture mais moins de nutrition
Nous vivons à une époque où il faut deux salaires pour chaque foyer mais les divorces augmentent
C’est une époque où  les maisons sont plus belles mais où il y a davantage de foyers brisés

C’est pourquoi je propose qu’a partir d’aujourd’hui on ne garde rien pour une occasion spéciale  parce que chaque jour qu’on vit est une occasion spéciale.
Recherchons la connaissance, lisons davantage, asseyons nous sur notre perron et admirons la vue sans faire attention à nos besoins. Passons plus de temps avec notre famille et nos amis.
La vie est une suite de moment de plaisir, non pas seulement une survie
Chaque jour, chaque heure et chaque instant est spécial et nous ne savons pas si ce sera notre Dernier.

 

 

12
 
 

hortense |
nikou |
Le livre d'Aldébaran |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ventes au particulier
| garap
| Le carnet de Patrick Hannot